Need help?
Voi swirl

Choose Country

More languages

(Automatic translations by Google Translate)

#VoiPartners: Rencontre avec Yohan Urie, responsable de l’observatoire régional des transports de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

#VoiPartners: Rencontre avec Yohan Urie, responsable de l’observatoire régional des transports de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

L’ORT-Provence Alpes Côte d’Azur a pour but de : être un lieu d’échange entre professionnels et utilisateurs des transports, Institutions, services de l’Etat. recueillir, traiter et diffuser des statistiques et des études.

Voi Technology a une vision : créer des villes Villes où il fait bon vivre. Pour y parvenir, il est également nécessaire de collaborer avec des organismes de recherche et des groupes de réflexion, tels que l’ORT Provence-Côte d’Azur.

Nous travaillons à Marseille, la capitale de cette région, depuis le début de l’année 2020, et nous disposons donc de nombreuses données et informations qui soutiennent la thèse selon laquelle le partage de la micro-mobilité électrique peut réellement aider les grandes, moyennes et petites villes à devenir plus efficaces, durables et sûres.

C’est pourquoi nous nous engageons dans une collaboration avec l’Observatoire régional des transports. Mais nous voulons aussi que vous la connaissiez mieux, grâce aux mots du chef de l’Observatoire, Yohan Urie.

 

Bonjour Yohan, Notre vision d’entreprise est “Villes où il fait bon vivre”. Comment imaginez-vous une telle ville?

 

Dans une ville faite pour vivre, il est nécessaire de revitaliser les espaces publics et de comprendre que la place du piéton est importante.

Une ville faite pour vivre donne la possibilité à tous les acteurs d’utiliser un des modes de la chaîne de mobilité et donc de concevoir une ville où il fait bon vivre, où chacun peut se déplacer comme il le souhaite et de manière écologique.

Que fait ORT Paca pour créer un modèle de villes du futur?

Le rôle de l’Observatoire Régional des Transports est d’informer, de partager et d’analyser les différentes situations. La clé pour créer les villes du futur est de comprendre la ville du présent.

Nos valeurs d’entreprise sont les suivantes:
1) Dépasser les frontières, 2) Construire avec empathie, 3) Se diriger ensemble.
les trouvez-vous similaires à celles de votre organisation?

Nous sommes totalement en phase avec ces valeurs.
La valeur la plus importante est celle “de construire avec empathie” : c’est la devise de la mobilité pour tous, nous sommes là pour construire cela, c’est ce que nous voulons développer.

 

Comment pensez-vous que notre partenariat contribue à la mise en pratique de ces valeurs?

Nous pensons que c’est un sujet porteur, qui concerne tout le monde et nous avions besoin de comprendre les mécanismes de la micromobilité, sa marge de progression pour saisir sa place dans le futur, il est donc essentiel pour nous de
bien connaître ce sujet.

Qu’est-ce que la “sécurité” évoque pour vous?

La sécurité est la base de la mobilité, non seulement pour le conducteur mais aussi pour tous ceux qui se trouvent dans l’environnement. Nous sommes heureux de voir que les opérateurs sont soucieux du principe de sécurité, du respect des réglementations tant sur le nombre de personnes pouvant être sur le véhicule que sur les vitesses appliquées sur la voie publique, sur l’utilisation des trottoirs, nous savons que tous ces éléments sont pris en compte et nous pensons qu’ils font preuve d’une grande vigilance.

Que représente pour vous “l’inclusion” dans la mobilité?

L’inclusion est un sujet qui nous intéresse beaucoup car nous essayons d’avoir une vision globale sur le sujet. L’accès à l’emploi peut être freiné par un manque de mobilité et nous savons que cette offre ne peut pas être égale sur tous les territoires. Il est donc essentiel pour nous de développer le service de micromobilité pour permettre aux habitants, quel que soit le territoire où ils
vivent, d’avoir un meilleur accès à l’emploi.

À votre avis, quel sera le rôle de la micro-mobilité à l’avenir?

Nous sommes à la croisée des chemins, il y a une vision progressiste qui doit être développée et encadrée. Mais il y a aussi une vision plus réticente et craintive sur la question.

Je crois que cette activité peut créer des emplois, et beaucoup voient ce service comme une opportunité. Néanmoins, je comprends les inquiétudes et les interrogations des citoyens sur le danger de ces véhicules et sur leur place dans l’espace public.

Il est donc nécessaire de prendre de réelles mesures de sécurité et continuer à améliorer les conditions de stationnement des véhicules.

Quels sont les principaux projets de ORT PACA pour les mois à venir (projets, événements etc)?

Nous sommes en train de travailler sur un nouveau numéro du journal des transports sur la thématique des projets de transports issus du un un plan de relance qui est prévu pour la fin de l’année.

Related